Aucune vidéo n'a été insérée

 

147)La détection de la radicalisation, un geste citoyen ?

146)Terreur tous azimuts

145)EXCLUSIF. Les confidences de Mark Zuckerberg

ENTRETIEN. Cortex cérébral, éducation, réalité virtuelle… Le créateur de Facebook décrit au « Point » son monde idéal.

144)Signer une pétition, est-ce s’engager ?

143)La violence écrase le dialogue

142)la lourde addition du « cinq fruits et légumes par jour »

141)Comment réduire les inégalités ? 

140)Béglé - Les conséquences de l'affaire Sarkozy-Libye-Mediapart

 139)sommes nous pret à vivre aved moins d'eau

 138)Exportation de déchets, la France va devoir s’adapter

137)Rugy disculpé ?

136)Des Champs(-Élysée) au Champ (de Mars)

135)Réforme des retraites, le gouvernement laisse le champ libre à Jean-Paul Delevoye

134)5G, attention fausse alerte

133)Police, la réforme du maintien de l’ordre est lancée

132)Le rapport qui dédouane Linky

131)PMA, les trois options du gouvernement pour réformer la filiation

130)L'homme qui rêve d'un Web meilleur

129)Retraites : pourquoi vous devrez travailler plus longtemps

128)Réforme des retraites, ce qui reste à trancher

 127)Le mot de trop

 126)L'esprit de revanche obère la visionJouer avec le feu

125)Sauver un patient ou sauver la planète, telle est (vraiment ?) la question !

124)Mgr Michel Aupetit : « Donner pour Notre-Dame, c’est donner de son cœur »

123)Notre-Dame : polémique méprisable

122)Retraites : le faux débat

121)Emploi : l’offre écrase la demande

120)Selon une étude, la France du grand débat est l’inverse de celle des gilets jaunes

119)François Lenglet : 2019, année fatidique

118)Supputations sur l'avenirLa fatalité du mandat unique

117)Hollande : le coup de Jarnac

116)Faut-il prescrire la démocratie ?

115)Conférences citoyennes : à Paris, des participants impliqués et méfiants

114)Vérités fiscales

113)La vengeance du Sénat

112)Macron : le droit de parler

111)régression française

110)Fermeture des petites maternités : faut-il céder à la démagogie ?

109)Les gilets jaunes. Trois mois et cinq leçons politiques

108)le projet d'assemblée citoyenne d'un chirurgien cardiaque

107)En 2018, 70 000 sans domicile ont accédé à un logement durable

106)Grand débat. « Une voix en vaut une autre »saint pol de Léon

105)Une loi anti-casseurs

104)La presse brutalisée

103)Les maires, armes anti-« technocrates

102)L’économie réinventée

101)La guerre d’usure

100)Service national universel, mode d'emploi

99)Le droit et vousQuelles mesures de protection judiciaire en faveur des personnes majeures vulnérables ?

98)L'édito de Delhommais : la vraie lettre d'Emmanuel Macron aux Français

97)Grand débat national, Emmanuel Macron souhaite « lever les malentendus »

96)Gilets jaunes : grand débat, le guide des idées fausses

95)  Gilets jaunes, un grand débat national semé d’embûches

94)Pourquoi le printemps tombe-t-il le 20 mars et non le 21 ?

93)La France veut plus de transparence sur l’origine de la viande et du lait

92)Pierre-Antoine Delhommais - Inégalités, le grand mensonge

91)Dominique Wolton. « Aujourd’hui, on tend le micro à n’importe qui ! »

90)Grand débat national, des « gilets jaunes » partants mais prudents

89)Les « gilets jaunes » changent la conjoncture

88)Sombre avenir pour Macron

87)Qu’est-ce que le référendum d’initiative citoyenne ?

86)Des mesures généreuses, mais complexesMacron doit tenir parole

85)La main tendue au peuple

84)Gilets jaunes », qui sont les fauteurs de troubles ?

83)Les Gilets jaunes sont-ils complotistes 

82)Gilets jaunes, l’univers idéologique d’Éric Drouet et Maxime Nicolle « Fly Rider »

81)Informer en France en milieu hostile

80)Cinquante ans de lutte contre les pseudo-sciences : le combat de l’AFIS plus que jamais d’actualité !

79)La fin de la politique

78)Succession : le mécanisme du legs en question

77)L’assurance-vie reste un outil idéal de transmission

76)La manière forte

75)La France « consomme » près de 15 millions d’hectares de forêts

74) Secours catholique. Les seniors pauvres toujours plus nombreux

73)la violence est partout

72)Réforme des retraites, un débat serein est-il possible ?

71)PMA pour toutes : casse-tête pour les juristes

70)À partir de quel âge acheter un ordinateur à son enfant ?

69)Les Européens votent à 84 % la fin du changement d'heure d'été et d'hiver, la Commission prépare une proposition de loi

68)La réforme de l’audiovisuel public en six points-clés

67)Sucreries au "goût alcool" : pourquoi les addictologues tirent la sonnette d’alarme

66)Espérance de vie, un accroc dans la courbe

65)De 16 000 à 65 000, le chiffre des candidats « recalés » sur Parcoursup fait débat

64)En France, la maintenance de certains ponts laisse à désirer

63)Les leçons d’un été bouillant

62)Chevallier - Éoliennes terrestres : la fin programmée du tourisme en France ?

61)Immigration, le tournant danois

60)Allons-nous tous finir idiots ?

59)Sainte Simone

58)Les mauvais comptes de l'Assemblée

57)Le maquis des aides sociales

56)nouveau vade-mecum de la laïcité à l’école

55)Protection des données : quels sont vos nouveaux droits ?

54)Le temps des questions 

53)Protection des données personnelles: Que va changer la nouvelle loi européenne pour les internautes?

52)Lois de bioéthique : ce que les associations ont dit au CCNE

51)Intelligence artificielle: L'assistant vocal de Google peut prendre RDV chez votre coiffeur, faut-il s'inquiéter?

 

54)Le temps des questions

Journée ordinaire à Paris
(Photo AFP)

On est en droit de s’interroger sur la persistance des crises de tous ordres en France et, plus particulièrement, de se demander si l’impavidité du gouvernement est propice à la résolution de ces crises.

HIER, de nouvelles manifestations, des fonctionnaires cette fois, se sont déroulées dans toute la France. Elles n’ont pas réuni des foules, mais elles ont contribué à entretenir un climat de crise. A Paris, des casseurs sont intervenus, puis ont occupé un lycée. Cent-vingt cinq personnes ont été interpellées. Samedi 26 mai, sous la houlette de la CGT et de la France insoumise associées, le scénario décidément répétitif de la manif’ se reproduira. Dans le gel des positions, des syndicats d’un côté, des pouvoirs publics de l’autre, dans la constance des disputes nationales, dans l’inévitable dégénérescence des actions syndicales, aussitôt récupérées par des éléments violents, on découvre que les Français sont pris dans un étau et deviennent collectivement le champ meurtri des programmes conduits par l’Etat et des objectifs politiques des syndicats et de l’extrême gauche.

La farce du référendum.

Les cheminots ont donc procédé à un référendum dont le résultat indique une majorité écrasante (95%) en faveur de la grève à la SNCF. La CGT présente la consultation comme la preuve absolue de la légitimité de la grève, alors qu’elle confirme seulement l’état d’esprit des salariés de la compagnie, sans tenir compte du sentiment des usagers. C’est ainsi que, de nos jours, on peut poursuivre des chimères au nom de procédures qui n’ont de démocratique que le nom. De la même manière, un zadiste a été grièvement blessé par une grenade lacrymogène à Notre-Dame-des-Landes, ce qui est considéré par les manifestants comme un crime des autorités. Le malheureux a dû être amputé d’une main. Il est certain que, si les zadistes continuent à se battre sur le terrain en dépit de l’arrêt du projet d’aéroport, des événements graves se produiront, car leur violence finira par se retourner contre eux.

Il faut savoir arrêter une grève, disait Maurice Thorez lui-même, mais ses descendants ont oublié la maxime. Ils ont appris à la poursuivre au-delà de la démonstration de leur mécontentement, de sorte qu’elle devient une fin en soi, le refus du pouvoir de céder à leurs revendications entraînant un désordre permanent, leur seule vengeance. Dans cette atmosphère parfaitement délétère, le gouvernement songe à voix haute à une réduction de la dépense publique en diminuant les prestations sociales. A peine l’allusion à cette mesure est-elle exprimée qu’elle est accueillie par un cri de colère populaire.

La mer des Sargasses.

C’est la quadrature du cercle : la Cour des comptes estime que la baisse indispensable de la dépense publique est à peine engagée et ce qui rééquilibre peu ou prou le budget, c’est la croissance.  A l’occasion de la manifestation d’hier, on est revenu sur le projet de ne pas remplacer en cinq ans 120000 fonctionnaires qui partent à la retraite. Soit à peine un peu plus de 2 % de la masse des salariés de l’Etat et des collectivités locales, ce qui est jugé insoutenable par les intéressés, qui réclament en outre des augmentations. Le gouvernement jure qu’il ne taillera pas dans les effectifs de la santé, de la justice, de la police, déjà jugés insuffisants, mais alors où trouvera-t-il des postes en surnombre ?

Pourtant, un salarié sur cinq est payé par l’Etat. Ce qui indique une disproportion considérable entre le nombre d’employés du privé et celui des salariés du public. Ce qui montre aussi que les sommes phénoménales consacrées aux emplois du secteur public nous privent des moyens d’investir. Ce qui explique donc au moins en partie pourquoi la croissance est insuffisante. Tous ces arguments ont été exposés abondamment par le passé,  mais avec le concours d’économistes que la dette n’effraie guère, ils continuent d’être combattus par ces champions de la dépense qui prétendent que nous pouvons nous passer des réformes. Ainsi va le pays qui, après une grosse tempête, est maintenant empêtré dans la mer des Sargasses. Il faut en sortir.

RICHARD LISCIA

retour à l'accueil